Le vin, les mots (Extraits)

Le langage du vin a-t-il évolué depuis l'arrivée de l'oenologie ?
"Il y a dix ans, il y avait 300 mots pour évoquer le vin.
Une universitaire en a recensé 800 dans un récent ouvrage.[...] Ce surenchérissement éloigne beaucoup les gens du vin.
Une telle profusion rend la chose plus vague."
(Jean-Paul Kauffmann, écrivain, journaliste)

En devenant un objet de science, le vin a-t-il perdu son âme ?
"Je pense qu'on est dans un moment de bascule, vers une uniformisation du goût, une sorte de pensée unique [...] où on aurait une seule langue, un seul vin [...].
Parker n'est pas étranger à ce phénomène. Pour lui plaire, il fallait formater le vin pour obtenir la bonne note [...]
J'ai vu des gens qui ont commencé à faire des vins d'auteur, [...].
Ces vignerons font un portrait de leur région, de leur caractère, ça m'intéresse nettement plus."
(Michel Onfray, philosophe)

L'excès de réglementation sur l'alcool ?
"Nous, Français, sommes des latins dénigrants.
Dénigrer ce que nous avons de meilleur est notre sport national"
(Jean-Paul Kauffmann)
"On aime bien la flagellation, jouir et s'interdire de jouir. [...]"
(Michel Onfray)

Source : Le Monde Magazine No 80 - 26 mars 2011